Les hameaux

LES PLUS VIEUX HAMEAUX DE LECCI

Les plus vieux hameaux de Lecci ont été construits sur les hauteurs et à proximité de sources: Turaccia, i Vatuli,(près de l’église de Saint André) , Capu, Porti Vichjacciu et Vigna Piana.

 

Les habitants pratiquaient la transhumance: du mois d’octobre à la fin avril ils résidaient à la « plage » puis regagnaient la montagne pour la belle saison. Cette transhumance était pratiquée non seulement pour suivre les troupeaux mais aussi pour des raisons sanitaires, la plaine à cette époque était insalubre à cause de la présence des moustiques qui donnaient le paludisme. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que les étangs ont été traités au DDT.

Au début du XXème siècle, l’église de Saint André a ete rendue célèbre par la présence de la statue miraculeuse de Sainte Thérèse. De nombreuses personnes y venaient en pélerinage. A cette période le hameau de I Vatoli était le centre du village : on y trouvait l’école communale, la mairie et l’église.

A la fin du XIXème siècle ou au début du XXème, les habitants ont abandonné le hameau de Burrucciu pour

s’installer à I Vatoli;à la même époque ceux de Turricioli se sont installés à Porti Vichjiacciu. On peut encore observer les ruines de ces hameaux abandonnés: des maisons, des fours, des aires de battage…

La Croix, (A Cruci) qui s’est développé à une époque plus récente, le long de la route nationale, est devenu le centre du village jusqu’au pont de l’Osu. Les premiers lotissements de San Ciprianu, de Cala Rossa et de Mora di l »Unda ont été commencés dans les années soixante à soixante-dix.

I pasciali

 

I più vechji pasciali di Lecci sò stati custruiti in altu e vicinu à surgenti : a Turraccia, I Vatuli (vicinu à a ghjesia di Sant’Andria), Capu, u Porti Vichjacciu, é a Vigna Piana.

I nosci anziani impiaghjaiani à fin’ d’uttrovi e muntagnaiani à fin’ d’aprili. Un’era micca sòlu par suvità l’animali ma ci vòla à di ch’in quiddi tempi un si pudià campà in piaghja d’istatina par vià di i zinzali chi daghjiani a malària. Un’ hè che dopu à l’ultima guerra chi i stagni sò stati trattati incu u DDT parchi lu si pudissi stà in piaghja.

A u principiu di u vintesimu seculu, a ghjesia di Sant Andria era cunnisciuta in Corsica sàna, par à sò statula miraculosa di Santa Tiresa. Tandu, u centru di u paesi era in i Vatuli. Ci si truvaia a scola cumunali e a Mirria.

I paisoli di Burucciu é di i Turriccioli so stati abandunati mà si pò sempri induvinà i muri di calchi caseddi é d’un furu.

A Cruci s’hè svilupàta à un’epica più muderna, u longu di u stradonu, hè duvintatu u centru di u paesi fin à u ponti di Fiumu d’Osu.

I primi lutissamenti di San Ciprianu, di Cala Rossa é di Mora di l’Unda so stati fatti dopu à l’anni sissanta o sitanta.